Les bords des yeux qui brillent

L’heure et demie difficile parce qu’ils sont fatigués parce que je suis un peu mal fichue aussi.
Il faut la terminer avant les vacances cette séance sur les débuts de roman et commencer à le lire le début de ce roman.
Ils bavardent au lieu de faire le travail demandé.
Ils parlent d’autre chose.
Je ne veux pas savoir.
Je m’agace.
Je me fâche.
En la regardant je vois les bords de ses yeux qui brillent.

Je n’aime pas me fâcher en classe. Mes années d’expérience m’ont prouvé tant de fois que cela ne servait à rien de bon. Rien.
Je l’interroge bien vite. Pour la remettre sur les rails.
Elle répond.
C’est bien.
Elle sourit.
C’est reparti.

Et la fin de la journée avec eux est douce.
Ils me parlent du beau travail d’écrivain.
Ils ont tout compris.
Je souris.
Dehors il pleut. Il y a comme une lumière d’orage. Celle qui trace en appuyant un peu sur le trait un contour doré aux reliefs.
En regardant par la fenêtre je vois les bords des cieux  qui brillent.

La sonnerie retentit. Ils rangent leurs affaires calmement. On dirait qu’ils ont envie de rester un peu maintenant.
Il y a celui qui veut effacer le tableau.
Et celle qui veut bien m’aider à ranger les dictionnaires.
Et celui qui s’empare de la télécommande: « Je vous éteins le vidéoprojecteur m’dame ? »
Et elle, petite, elle est petite debout, elle qui s’attarde devant mon bureau.

– Je ne bavardais pas vous savez tout à l’heure… c’est juste que je répondais à ma voisine.
J’avais déjà presque oublié.
– Ce n’est rien…on est tous un peu fatigués je crois.
Elle a refermé son cartable en souriant. Vraiment.
Et c’est d’elle ce mot, de ses 11 ans jolis, plein d’envie de vie et de rires, plein de promesses à faire grandir encore.

– Oui… c’est vrai on est tous fatigués. Ça se voit, on a tous les bords des yeux qui brillent.

pluie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *