Une petite histoire de portes

Bon, ça c’est un truc du dimanche, catégorie brouillamini d’évangile. Le vrai tu peux le trouver là.

 

J’aurais dû écrire une histoire de petite porte.

Dans mon église du dimanche, je passais toujours par la petite porte, celle de côté. C’était la plus pratique. Quand on arrivait à pied, c’était la première et quand on prenait la voiture, le parking était à côté. Pour la grande porte, c’était plus compliqué, il y avait le contour de l’église et toutes les marches à gravir, bien en face de la rue, bien en vue.
Et puis la petite porte nous emmenait directement dans les premiers rangs, là où j’aimais bien me retrouver et rejoindre les amis. La grande, elle, nous laissait au fond de l’église et nous poussait à remonter toute l’allée.

J’ai écrit à l’imparfait parce qu’un jour – un jour d’il n’y a pas si longtemps –  j’ai changé de porte.
Je suis passée par la grande, l’autre, celle des marches à gravir et de l’allée à remonter. Et j’ai croisé des regards qui regardaient comme moi et pourtant  que je ne connaissais pas. C’est trop bête. Pour une simple histoire de petite porte.

Depuis, je ne passe jamais par la même porte. Je change souvent. Et j’attrape à chaque fois de nouveaux regards. Avec des sourires aussi.

J’aurais pu  écrire une histoire de petite porte.

Dans son évangile ce matin, Jésus me redit que c’est Lui, de toutes les façons, l’unique porte. Vrai de vrai. Pour nous, Chrétiens de nos petits dimanches, c’est pas tout à fait la même chose tu sais. Il n’est pas si mal de ne pas nous habituer et d’entrer par toutes les portes de nos églises, pour en sortir aussi.
Parce que s’Il est La porte unique, Dieu, Lui, se trouve à chaque seuil de chacune de nos vies. Et faudrait pas trop se louper à cause d’une histoire de petite porte. 😉

2 commentaires sur “Une petite histoire de portes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *