Cette famille

Il y a toujours ce moment au début des vacances où je ne suis plus tout à fait maman – pas encore grand-maman  😉 – et où résonne dans la maison une double syllabe enfantine qui me redit les liens précieux de nos familles.
« Tata ».
Un bien étrange mais si familier sobriquet pour me rappeler une fratrie d’enfance ou les liens que les années ont tissés avec une belle famille.

Il y a toujours ce premier soir où parce que ni le papa ni la maman ne sont là, on peut s’autoriser à marcher pieds nus après la douche sur le carreau frais, boire une tisane un peu trop sucrée avant d’aller au lit et surtout veiller beaucoup plus tard qu’à l’habitude. C’est alors le rituel du « on peut jouer aux jeux des grands cousins », ceux un peu démodés aujourd’hui des petits chevaux qui ne rentrent jamais quand il faut à l’écurie ou d’un « sept familles » aux noms toujours aussi improbables.

Il y a toujours un petit instant où les neveux et nièces me font un clin Dieu.

Elle a distribué les cartes en bonne élève qui compte à voix haute pour ne pas se tromper. Elle a commencé avec le sérieux de ses 7 ans tout sages.
– Dans la famille « Marguerite », je demande le père.
Elle a attrapé la carte de son frère s’empressant de continuer:
– Et le fils…
Son sourire déjà vainqueur a été stoppé net par l’humour d’un grand frère de 9 ans tout neufs.
– Et pour le Saint-Esprit, demande à tata Corine !

Il était déjà tard pour la petite leçon trinitaire. On a seulement ri. Doucement, c’est drôle, j’ai senti que Tu n’étais pas bien loin de cette table, tout près de nos vacances, à mes côtés.
Il était déjà tard. Dans leur chambre d’un début d’été, elle s’est arrêtée devant le petit coin prière de sa grande cousine.
– C’est là pour dire au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit…

Avec ses mots d’enfants et les rires d’un sept familles – de cette famille, précieux cadeau- ma petite prière T’a murmuré merci.

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *