Un café pour Dieu

Il y a eu des matins pressés, des fébriles, des enrhumés, des fatigués, des débordés, des tristes, des bavards, des silencieux, des joyeux, des très heureux aussi.
Pendant des années et des années, café et Bible, en tête-à-tête avec le bon Dieu.
Et il a suffi d’un matin maladroit.
Il a suffi d’une main, même pas pressée, fatiguée un peu, heureuse. Et maladroite.

Il a suffi d’un matin maladroit et la page presque-ma-préférée s’est soudain colorée.
Si tu savais comme le papier Bible absorbe nos bêtises. Papier buvard.
La tache s’est étalée. Auréole bavarde qui dès l’aube raconte combien le café Te va bien.
La tache s’est arrêtée. Rondeur parfumée sur Tes mots qui au matin me font tant de bien.

Il y aura encore des matins pressés, des fébriles, des enrhumés, des fatigués, des débordés, des tristes, des bavards, des silencieux, des joyeux, des très heureux aussi.
Je ne sais le nombre d’années.
Mais il a suffi d’un matin maladroit pour que désormais Ta Parole respire le parfum de mon café …pour deux Dieu. 😉

 

 

4 commentaires sur “Un café pour Dieu

  1. Yes 😀😀😀
    Je te retrouve.
    Je venais juste de parler de ton blog à une amie en disant « elle n’écrit plus « .
    Et je me suis dit … peut-être.
    Plaisir de te relire.
    Il va falloir que je rattrape. Depuis quand as-tu repris ? Cachotière, même pas un petit lien sur Facebook …

    1. Anne-Laure: Heureuse de te retrouver aussi… Je n’ai jamais arrêté d’écrire 😉 … fait une petite pause, très courte; en revanche, abandon de Facebook. Pardon d’être partie un peu vite et sans prévenir. Mais finalement, on se retrouve tous… 🙂 Et bises !

      1. J’avais visiblement compris à tord que tu prenais une année sabbatique d’internet.
        J’ai raté plein de soleils. Je les découvrirai tous en masse.

        Et puis tu sais, j’en ai gardé un autre de soleil. La petite « carnet de sourire ». J’ai découvert qu’elle était à Limoges où je vais souvent en réunion. Voulu la rencontrer là-bas, mais ça ne c’est pas fait. Et finalement elle est maintenant à Bordeaux et on a prévu de manger ensemble le 1 décembre. Internet c’est bien, mais la vraie vie c’est mieux.
        Elle me fait penser à moi il y a 20 ans.

  2. J’admire ton sens du partage. C’est vrai ça, on partage des cafés avec la famille, les amis, les connaissances, les collègues… Et tu es la première personne que je connais qui le partage aussi avec Dieu. Qui sait, il en avait peut-être besoin pour se réveiller lui aussi ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *