C’est du sport

 Je ne peux pas m’en empêcher.
Pourtant, je râle au bout de trois jours en général en me disant que j’ai vraiment des idées à la c… pardon et ça me saôule la moitié du temps parce qu’il « faudra » que j’écrive le billet de demain déjà.

Mais voilà, j’aime bien ça.
Les défis d’écriture.

J’aime encore plus quand ce sont des défis d’écriture qui s’ajoutent au défi de vivre Sa Parole.
Chaque jour d’un Avent ou – plus long encore vraiment long quand même – d’un Carême.

Tu peux les vivre sans les écrire ici.
Vrai de vrai.

Mais voilà, j’aime vraiment ça.
Partager les mots, trop vite souvent, rapportés d’un jour heureux ou plus difficile, entremêlés du gris et du rose de mes heures. Me demander – avec vous parfois – mais il était où Dieu aujourd’hui et pourquoi je ne L’ai pas vu ni entendu ni senti ni touché peut-être même, et zut Il m’épuise à ne rien entendre à ne plus voir à ne pas être là et souvent des fois je dis des gros mots aussi.

Et le chercher
continuer à le chercher tout le temps
dans les petits interstices entre chaque heure qui passe
et savoir
finalement
qui est la sourde
qui est l’aveugle.

Le trouver là
Le trouver en l’autre, en moi, loin, tout proche.

Alors, une fois encore, 40 jours à venir, à écrire mon Carême.

Mais comment… cette fois, j’ai demandé à une amie un défi.

Un défi pour le Carême ? Comme il commence le jour de la Saint-Valentin, le transformer en Car-aime !
Défi : écrire 40 façons d’aimer,
Dieu, soi (très important de ne pas s’oublier soi !) et les autres…
Je sais que tu sais faire, tu le fais tous les jours avec ces mots-soleil, ces mots-amour, ces mots-crêpes, ces mots sucrés…

A.

Elle a confiance.
Une sacrée confiance.
La confiance de l’amitié sans doute.

Aimer l’autre au point d’oser lui faire confiance.
C’est peut-être bien la plus belle façon d’aimer.

Et le Car-aime, c’est dans 5 petits jours.
Alors je vais relever ce défi: venir écrire chaque jour une façon d’aimer.

Et souris !…ce Carême, il ne sera  surtout pas triste hein, ah non!… manquerait plus que ça.
C’est peut-être juste un peu étrange tu sais le Carême: s’abaisser jusqu’à Lui pour essayer de mieux tenir debout, pour s’approcher, pour aimer.
Oui. Je sais.
C’est du sport. 😉

 

11 réflexions au sujet de « C’est du sport »

  1. Yesssss !! vivement dans 5 jours!! Merci Corine, merci, parce que ça va porter mon Carême, tellement.

    Répondre

  2. On s’en lèche les babines… Mais tu le sais, ma spécialité, c’est le carême gourmand 😉

    Répondre

  3. Un peu étonnant l’envie d’être à mercredi déjà pour venir chaque matin (?) chaque soir (?) faire un bout de chemin avec vous, je me souviens de votre Carême de couleurs et de votre Carême en M ils m’avaient redonnés goût à chaque fois (Foi peut-être) merci, Val

    Répondre

    1. Chaque matin…chaque soir…je ne sais pas trop encore..rien n’est écrit! On verra! Merci, ce sont de bons souvenirs aussi ces temps de Carême partagé, alors à mercredi Val! 🙂

      Répondre

  4. le Caréme car on l’aime tout simplement,il est là,nous épaule,nous relève,nous envoi ses clinds’ Dieu et nous connait par coeur,4O jours pour se fortifier à ses cotés dans sa traversée du désert ….L’épauler

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *