La Pentecôte

Je regarde le monde du haut de mes 3 pommes et je l’écris au crayon.
Je m’appelle Coquille et j’aime bien comprendre les mots.

Dimanche, on fête la Pentecôte à la maison. Chez moi, ce n’est pas qu’une question de grand pont ensoleillé, c’est plutôt une jolie réponse je crois.

 

Quand j’étais plus petite, il me faisait un drôle d’effet ce mot. Vous allez dire que je suis bizarre mais quand j’entendais pentecôte sans aucune majuscule, je pensais aussitôt (on dit aussi illico mais parfois les mots latins, je les trouve trop amusants et ça ne fait pas très sérieux quand je parle de choses sérieuses), donc je pensais aussitôt aux balades sur ma bicyclette à suivre Grand-père qui est un fameux cycliste. Ou l’inverse, c’est lui qui me suivait pour veiller sur moi, et dans les pentes et dans les côtes. Et voilà ! Pentecôte, quand je ne savais pas ce que c’était, je trouvais que ça ressemblait à un dimanche à bicyclette à pédaler dans les monts d’Arrée, ses pentes et ses côtes ( essayez les monts d’Arrée, ensuite vous pourrez vous moquer! )
Finalement, les gens, ils sont peut-être comme moi quand je ne savais pas: ils pensent que la pentecôte en minuscules, c’est seulement une histoire de week-end à vélo.

Dimanche, on fête la Pentecôte à la maison. Parce que dans ma maison,  aimer Jésus et Dieu ou Dieu ou les deux ou même les trois…oh oui, je sais c’est un peu complexe. ( Il est démodé le mot complexe aujourd’hui, on lui préfère compliqué. C’est dommage parce que ce n’est pas la même chose. Par exemple, la Pentecôte c’est complexe mais ce n’est pas très compliqué).
Vous allez comprendre. Ce n’est en effet pas très compliqué de savoir que Dieu nous aime tellement qu’Il est venu en chair et en os tout près de nous et pas plus compliqué de se dire qu’une fois parti, Il nous aime tellement qu’Il ne nous quitte jamais. Je crois qu’un ami, ça ressemble aussi à ça: c’est toujours là. Donc, Dieu, Jésus, l’Esprit Saint, c’est complexe. Mais ce n’est pas compliqué.

 

Bref, tout ça pour vous dire que dimanche, je fête la Pentecôte et que ça va être une vraie fête. Même que s’il fait grand soleil, les pentes et les côtes en bicyclette m’attendent aussi !
Il faut vous dire encore que c’est devenu un petit rituel parce que Grand-père me rappelle  toujours en souriant que ma première définition de Pentecôte ( quand j’étais vraiment petite) est la meilleure: une randonnée avec Dieu (avec ou sans bicyclette), toujours là dans nos vies, dans les hauts comme dans les bas.

 

Si vous souhaitez partager ce billet

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *