Le p’tit goût de paradis

Je regarde le monde du haut de mes 3 pommes et je l’écris au crayon.
Je m’appelle Coquille et j’aime bien les choses simples.

– C’est une idée délicieuse.

Elle aurait pu dire c’est une bonne idée, excellente même ou encore sympathique mais elle a dit délicieuse. Et il y avait dans ses yeux comme de la gourmandise.

Martine avait dressé une belle table dans sa salle à manger, une nappe jaune pâle et des assiettes blanches avec deux roses bleues peintes au creux de chacune d’elle. C’est beau les roses bleues. Parfois, je me demande si le beau ce n’est pas juste ce petit quelque chose qui regarde le monde autrement comme le bleu des roses de jardin, le vert presqu’amande d’un horizon marin ou l’ocre sablonneux d’un ciel du soir.
Martine avait dressé une belle table, un peu longue même: son mari, ses quatre grands enfants, beaucoup plus grands que moi, moi, Grand-mère et Grand-père, le père Jean qu’elle avait invité au dernier moment après la messe parce que quand il y en a pour neuf, il y en a pour dix. Et Martine, avant qu’on prenne place autour de la table en invités d’un dimanche d’amis, avait suggéré:

– Il fait si beau…et si on déplaçait la table dehors sous le cerisier !
– C’est une idée délicieuse.

Grand-mère a toujours le chic pour répondre le mot juste et celui qui fera plaisir ou plutôt les mots qui donnent à ceux qui sont proches d’elle une raison d’être heureux. Je crois que Grand-mère sait vraiment aimer.

La grande table en merisier s’est retrouvée les quatre jolis pieds sculptés dans la pelouse fraîchement tondue et nous avons approché les bancs du jardin – quand même – pour ne pas trop abîmer les chaises de la maison. La nappe jaune pâle est devenue soudain lumineuse, les roses semblaient danser au creux des assiettes et les verres ont commencé à trinquer. Le vin doux souriait au bord des lèvres. Au-dessus de nos têtes, le cerisier regardait sans doute un peu étonné de cette agitation et l’araignée d’habitude si tranquille a osé s’aventurer sur le bord de la table. C’était un peu comme si le dedans et le dehors de la maison s’entremêlaient.

Et c’était délicieux.
Le dedans au dehors.
Le repas, les visages, les mots.
J’ai beaucoup regardé, j’ai beaucoup écouté. Quand je suis la plus petite quelque part, je me fais encore plus petite, comme pour me faire oublier et observer le monde tranquillement, sans que personne ne m’en empêche. Cela fait d’ailleurs toujours sourire les grandes personnes qui disent souvent que Coquille n’en perd pas une miette.

Et c’était délicieux.
Je me suis souvent demandée si, au paradis, il n’y avait pas cette sensation de bonheur, celle que l’on ressent quand on est quelque part exactement là où l’on aime être et avec les gens exactement ceux avec qui l’on aime être. C’est le exactement qui rend l’instant comme il est.
Le père Jean, lui, il me dit que ces instants-là c’est peut-être le bonheur très simple d’aimer et d’être aimé, et aussi de ressentir comment Dieu nous aime, tellement. Alors oui, ça a sûrement un goût de paradis.

J’ai emporté tout le délicieux jusqu’à ma chambrette au soir et pour le garder un peu, j’ai ouvert mon cahier de définitions des mots que j’aime bien que la maîtresse nous a conseillé de créer pour retenir des mots de vocabulaire. Au mot « paradis », j’avais déjà écrit « endroit où je peux terminer un livre sans être obligée d’éteindre la lumière », « là où les mots qui font mal n’existent plus » et « il y a sûrement des bicyclettes, de la pelouse pour marcher pieds nus dedans et des fraises au sucre ». J’ai rayé « bicyclettes » et « fraises au sucre » parce que je me suis rendue compte que le gros dictionnaire n’avait rien de très personnel et qu’il fallait des mots qui concernent tout le monde. J’ai commencé à écrire, éclairée à la lampe de poche. J’aime bien écrire quand toute la maison s’endort. Ma lampe, elle fait un cercle comme un soleil sur la page et dedans je peux laisser du joli.

Paradis: endroit où il n’y a que des idées délicieuses.

 

 

Si vous souhaitez partager ce billet

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *