Prière en marguerite

Je regarde le monde du haut de mes 3 pommes et je l’écris au crayon.
Je m’appelle Coquille et j’aime bien le jardin au-dehors et mes prières au-dedans et parfois les deux s’emmêlent.

 

Dieu,
Je t’aime un peu quand le vent me pousse doucement sur l’herbe pour me chatouiller les pieds.
Je t’aime beaucoup quand je lis sous le cerisier et qu’une coccinelle vient se poser sur ma page même que  je n’ai presque plus envie de connaître la suite de mon histoire parce que je ne veux surtout pas que les instants magiques s’envolent.
Je t’aime passionnément quand le soir tombe et qu’on allume les bougies à la citronnelle pour rester dehors plus longtemps on dirait que le doux d’une seule toute petite journée au jardin ne va jamais jamais jamais s’arrêter.
Je t’aime à la folie quand le vent celui qui vient du large me bouscule vraiment pour me faire avancer.
Je ne t’aime pas du tout quand je vais chez Suzanne et que j’ouvre la fenêtre vers son jardin et elle clouée sur son lit elle Te prie elle Te prie elle ne fait que Te prier de l’emmener dans Ton jardin à Toi et Toi tu la laisses là comme ça comme si tu étais devenu sourd.

 

Dieu,
Je t’aime
un peu
beaucoup
passionnément
à la folie
et pardon pour mes pas du tout.

 

Coquille

 

Si vous souhaitez partager ce billet

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *