De travers

Je regarde le monde du haut de mes 3 pommes et je l’écris au crayon.
Je m’appelle Coquille et il y a des matins où je rate ma p’tite prière.

Notre Père qui es au cieux
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
Que ton nom soit sanctifié.

Je me suis arrêtée.

C’est un peu comme se prendre les pieds dans le tapis.
Je ne courais même pas, j’y allais tranquillement et paf. Le pied se pose on ne sait trop comment. On essaie bien de se rattraper, on évite la chute comme on peut mais déséquilibré, on est bien obligé de s’arrêter.
Je me suis pris les pieds dans mon Notre Père.

Je me suis emmêlée les mots.
Pourtant je la connais par coeur ma prière. Et je ne suis ni fatiguée, ni déconcentrée ni rien du tout d’ailleurs. Même pas pressée d’en finir. Je voulais juste dire ma prière et mon Notre Père est arrivé de travers.

Notre Père qui es au cieux
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
Que ton nom soit sanctifié.

Comme j’y allais de bon coeur, ma voix aussi. Vous savez que la voix souvent elle parle comme parle le coeur. C’est assez joli ça, nos sons du dehors directement reliés au dedans. Comme j’y allais de bon coeur, j’ai même ouvert la fenêtre, laissé entrer le vent du large et j’ai prié à voix haute. Je me demande si Dieu entend davantage mes prières quand je les dis à voix haute.

Là, il a entendu mon raté, c’est sûr.

Notre-Père qui es au cieux
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour
Que ton nom soit sanctifié.

Je n’ai pas pu me rattraper. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé à vous mais moi, quand je me trompe, c’est fini.
Mots emmêlés, fil rompu, bouche cousue.

J’ai relevé mes genoux, fermé ma fenêtre et ouvert mon cahier.

 

Seigneur,
Aujourd’hui je T’écris un tout p’tit bout de prière.
Je ne sais pas ce que Tu peux y comprendre mais ça ne change rien en vrai:
je T’aime tout le temps.
Même de travers.
Coquille

Si vous souhaitez partager ce billet

4 commentaires

  1. En te lisant, je me suis dit que ça ne ressemblait pas à Coquille, elle qui apprend si bien semble t il et je me suis souvenue de ces élèves qui savent sur le bout des doigts et s’emmêlent les pinceaux. Et de moi aussi à qui il arrive parfois s’emmêler son credo. Merci. 😍

  2. Mais finalement, se tromper… c’est justement ne pas réciter par coeur mais …avec le coeur…et ce matin Coquille, il me semble, était avide…d’ Eucharistie!
    Amitiés,
    Marine

  3. Il y a une prière que je connais presque par coeur ( 😉 ) C’est Dieu qui nous dit: « si pour m’aimer, tu attends d’être parfait, alors tu ne m’aimeras jamais. » Aujourd’hui mais les autres jours du blog aussi, Coquille l’a bien entendu………..

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *