Jusqu’au ciel

Je regarde le monde du haut de mes 3 pommes et je l’écris au crayon.
Je m’appelle Coquille et j’ai ajouté un fil à mes prières.

 

-Et combien de temps ça met une prière pour monter au Ciel  ?

On avait le droit de poser toutes les questions quand le père Jean est venu dans notre groupe de caté pour nous parler de la première communion qu’on pourrait faire si on voulait poursuivre notre route. J’ai bien vu que Phil n’était pas très content parce que Julie a dit on sortira en récréation avec un petit quart d’heure de retard mais vous aurez une récréation ne vous inquiétez pas, père Jean vient vous parler. Phil vient au caté parce que son papa l’a inscrit. Son papa ne croit pas en Dieu, enfin c’est ce qu’il dit et il dit aussi mais j’ai promis à Nathalie. Nathalie, c’est la maman de Phil qui est morte quand il avait 5 ans et que sa petite sœur était un tout petit bébé. Phil me dit souvent qu’il se souvient de son visage même sans les photos et de ses beaux cheveux avant que son fichu cancer les fasse disparaître d’un seul coup. Phil, il dit aussi qu’il ne croit pas en Dieu. En fait, il dit qu’il ne croit plus en Dieu parce qu’il se souvient qu’avec sa maman, il aimait bien la petite prière du soir et puis, de toute façon, si Dieu existait, il aurait un cœur qui ne fait pas mourir les mamans à 31 ans. Moi, je crois que Dieu est bien là mais je trouve que Phil, sur cette histoire, il a juste raison.
On avait le droit de poser toutes les questions mais j’ai bien vu que père Jean ne s’attendait pas à la question de Phil. C’est drôle parce que je l’ai trouvée drôlement  jolie la question de Phil et j’ai imaginé dans ma tête toutes les prières du monde tout le temps qui montaient vers le ciel. Des milliers et des milliers comme des fils qui de nos têtes – ou de nos cœurs peut-être – reliaient la terre au ciel. Je me suis dit que je les dessinerai sur mon cahier en rentrant.
Il ne s’attendait pas à la question de Phil le père Jean mais il lui a drôlement bien répondu.
-Je crois que ça ne met pas beaucoup de temps Phil, je crois même que c’est un peu instantané. Que Dieu entend toutes les prières du monde tout le temps. Ce qui est sans doute plus long, ce sont nos oreilles et nos cœurs qui ne comprennent pas bien ses réponses. Parce qu’on ne les écoute pas, parce qu’on ne veut pas les entendre ou bien parce qu’il y a trop de peine ou de colère pour qu’on les comprenne.
Phil a bien écouté Jean. La peine et la colère, il les connaît. Drôlement. Il n’a rien répondu. Peut-être bien qu’il avait sa réponse.

On est sorti en récré avec un petit quart d’heure de retard et Julie nous a dit qu’on pourrait profiter d’un peu plus parce que nous avions été très à l’écoute. C’est étrange cette façon de nous dire que ça nous intéresse drôlement de poser des questions à père Jean. On a joué et Phil n’a plus reparlé de prières.

Jusqu’à hier soir.
On l’avait invité avec son papa et la petite Manon à dîner. Le papa de Phil, il aime beaucoup Grand-père et je crois que c’est à cause de la bicyclette et du Tour de France parce qu’ils refont toujours plein d’étapes entre l’entrée et le dessert même que Grand-mère les taquine en leur proposant un petit café pour souffler à la ligne d’arrivée. Nous, avec Phil, on attend toujours que Manon soit endormie sur le canapé pour ouvrir nos BD préférées.
Phil, il s’est arrêté au milieu de sa page.
– Dis Coquille, tu les écris toujours dans ton cahier tes prières ?
Je me suis arrêtée quand Sylvette décochait un regard furieux à Sylvain.
– Oui…
Il n’a rien dit Phil mais je n’ai pas osé retourner à la colère de Sylvette. J’ai attendu.
– J’ai l’impression qu’il entend mieux les mots qu’on écrit non ?
Je crois que j’ai compris ce qu’il voulait me demander.
– Tu sais Phil, Dieu ne me donne pas ce que je lui réclame tout le temps, c’est pas un magicien qui répare tous les trucs de travers surtout celles des grandes personnes. Par contre, je sais qu’il me lit parce que chaque fois, mais vraiment chaque fois tu sais, que je lui écris, il y a un bout de mon chagrin qui s’en va.
– Ça veut dire que sa réponse c’est comme le souvenir d’un câlin de maman ?
– Je ne sais pas, sans doute… ou comme le câlin de Grand-mère, oui.

 

Ce matin, j’ai ouvert mon cahier et j’ai ajouté un Phil à mon dessin.

Si vous souhaitez partager ce billet

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *