Car’aime (fin…)

Décliner le verbe « aimer »…

 

Fin… ?
Non je ne me défile pas. Je sais les 40 jours. Ce n’est surtout pas fini.
Je crois même que je les aime ainsi, à continuer encore. 😉

 

Mais voilà.
Il y a une reprise de lundi au collège avec plusieurs conseils de classe importants et tardifs et qui me demanderont d’être là pour eux.
Il y a un nouveau projet d’atelier pour enfants malades à boucler et à présenter mercredi et il ne s’agit pas de rater le rendez-vous parce que Zoé y tenait, parce que grâce à elle, il va voir le jour et vivre. Oui, vivre.
Enfin,  il y a un samedi-dans-cinq-petits-jours-seulement qui partira à quelques 1200 kilomètres de chez moi, au coeur de la Bavière, avec une ribambelle d’ados.
Du chouette à vivre, du plus rude peut-être, des partages sans nul doute. Et un chemin de Carême au coeur de mon métier et de ma passion d’écriture qui ne me laisseront pas le répit de venir un peu ici, je le sais. Le Carême, c’est aussi mesurer l’essentiel non ?

Retour de voyage aux Rameaux et entrée dans une semaine Sainte que j’ai bien envie de vivre (pour une fois Foi) dans le silence des mots.

Merci mon amie pour ton beau défi, je crois qu’aimer est un verbe dont la conjugaison est sans fin, alors on en reparlera, sûrement, au-delà d’un seul Carême.
Merci à toutes et tous de vos lectures, de vos partages, de vos p’tits mots. On était bien dans le thème tout le temps.
Beau chemin vers Pâques !

à très bientôt,
Corine

ps: et puis j’aurai plein de chose à raconter, après.  😉

Car’aime (22)

Aimer comme… 

Il y a des fous tellement fous que rien ne pourra jamais
leur enlever des yeux la jolie fièvre d’amour.
Qu’ils soient bénis.
C’est grâce à eux que la terre est ronde et que l’aube
à chaque fois se lève, se lève, se lève.

Christian Bobin, Tout le monde est occupé