Par nos fenêtres

C’est peut-être parce qu’Amos me balade depuis quelques jours dans son Jérusalem au gré de ses pages.
C’est peut-être parce que les parfums de cumin, de sumac ou de grenade ont pénétré ma peau.
C’est peut-être parce que leurs voix résonnent des mots hébreux que je m’amuse à reconnaître.

Ou alors

C’est peut-être parce que j’ai commencé mon compte à rebours avant l’Avent.
C’est peut-être parce que j’aime passionnément Noël comme un tout-petit enfant.
C’est peut-être parce que j’ai toujours besoin qu’on m’aide à attendre dans les gris de novembre.

C’est peut-être à cause de tout cela que la nuit avant-dernière, j’ai rêvé d’un calendrier de l’Avent où chaque fenêtre s’ouvrait sur les couleurs, les odeurs et les bruits …d’une échoppe de souk. Au coeur de la vieille ville de Jérusalem.

 

Au réveil, j’ai souri.
A  raconter mon rêve, j’ai ri de moi et de ma tête qui perdait la tête.

 

Et puis, perdue pour perdue, j’ai laissé filer les idées depuis deux jours et j’me suis dit qu’elles n’étaient peut-être pas si mauvaises. Et que ce rêve me suggérait d’ouvrir les fenêtres de mon Avent non pas sur mes mots doux comme tout le temps mais sur les p’tites lumières des ailleurs qui filtrent au travers des rues.
Les lumières
Et les parfums au loin,
Et les mots des autres,
Et les bruits de pas, ceux qui traversent nos vies, et y laissent leur empreinte parfois.

 

Fenêtres ouvertes.
Envie de regarder par mes fenêtres et au-delà, ici et là, pour engranger le joli des vies parce qu’à bien y regarder, le joli, il est là.
Pour me mener vers Sa Naissance, fenêtre grande ouverte sur un Tout-Petit, au creux d’une mangeoire.
Grand horizon de nos vies.

 

Si vous avez envie de partager ici ce que vous voyez de beau par vos fenêtres, au-delà de vos fenêtres, par d’autres fenêtres, n’hésitez pas.
Ecrivez-moi, je vous ferai de la place, plein de place, ici.

L’unique condition est de commencer votre texte ou votre légende-photo par « Par la fenêtre… »

« Par nos fenêtres », ça débutera le dimanche 3 décembre.
Il est encore tôt je sais, je sais… MAIS comme je sais aussi que vous avez une vie et des tas de choses importantes à faire et à vivre, je vous laisse quatre toutes petites semaines avent pour commencer à ouvrir vos yeux, vos mots, vos coeurs. Et le principe du calendrier de l’Avent c’est qu’il soit prêt avant hein.

Moi, je laisse aussi ma (porte) fenêtre ouverte, je vous attends. 😉

à bientôt,

Corine

PS: pour écrire, il y a un formulaire de contact, ou bien demandez-moi mon adresse mail, je vous l’enverrai ou pour celles et ceux qui l’ont déjà: à vos plumes! 😉