C’est pas grand chose

Elle a apporté son tout petit bouquet de muguet et elle a répondu à mon merci: « oh… tu sais, c’est pas grand chose ».

Peut-être. Sauf que je l’ai trouvé beau, et qu’il sentait bon, et qu’il me redisait des années  après notre première rencontre qu’elle comptait pour moi.
Parfois on croit que c’est pas grand chose un sourire en forme de fleurs, un sourire tout court, un sourire quoi.

On se fait des idées parce que c’est drôlement quelque chose.

Je me suis rappelée en cherchant un petit vase pour son bouquet qu’il ne fallait jamais oublier de dire ces trucs de pas grand chose.
Lui dire que sa robe lui allait bien, que c’était vraiment chouette l’aménagement de son nouveau potager, qu’elle avait bien réussi à l’écrire ce mot cette fois, que bien sûr que je serai à sa soutenance parce que ça comptait pour lui, qu’une journée à s’occuper seulement d’elle c’était une belle idée pas un truc de maman de travers, que j’étais contente qu’il se soit décidé à aller voter, que les douceurs au miel d’Asmaa étaient les meilleures même si c’est ce que je lui répète à chaque fois, que ça ne me dérangeait pas de la conduire à l’abbaye après une journée de cours qu’elle supposait longue et fatiguée parce que ça me reposait en vrai.
Je me suis dit qu’il fallait dire les trucs de pas grand chose en déposant les brins de muguet dans mon petit vase, peut-être bien davantage que les grandes idées qui ne sont pas très grandes parfois.
Exactement comme dans mes p’tites prières de rien où je glisse des bouts de machins que même Dieu Il doit se dire que c’est pas grand chose.
Mais Dieu, j’crois bien que nos pas grands choses c’est toute sa vie à Lui.

Elle a apporté son tout petit bouquet de muguet et elle a répondu à mon merci: « oh… tu sais, c’est pas grand chose ».
Peut-être.
Sauf que depuis des jours son pas grand chose, il laisse ici seulement le parfum du joli.