Petite liste d’un matin ordinaire

  • Prendre le premier café en attrapant le joli des silences
  • Passer la Une pour chercher dans le creux des pages les alinéas aux petits bonheurs
  • Puiser dans l’évangile les mots compagnons d’un nouveau jour
  • Déposer un peu de parfum au creux des mains
  • Sourire du simple
  • Sourire du simple simplement
  • Sourire de se dire que c’est toujours un peu compliqué quand même
  • La vie

 

  • Rouler pendant 9 kilomètres et demi
  • Prier un peu parler à Dieu regarder la route aussi
  • Trouver qu’une prière de 9 kilomètres et demi tous les presque matins ça fait comme un long ruban de bitume
  • Jusqu’où ?
  • Quitter la voiture en se demandant si Dieu descendait aussi un peu là avec moi
  • Me moquer de mes idées tordues
  • Rire cette fois
  • Etre là         en vie

 

  • Croiser leurs regards qui murmurent des confidences de récré
  • Ouvrir la salle aux parfums familiers mêlés d’encres et de pages et d’histoires à partager
  • Se dire qu’il commence bien ce matin ordinaire
  • Prendre le deuxième café en buvant le joli de leurs mots

 

Il n’y avait pas de courrier

« Les petits riens ne sont jamais insignifiants. La beauté foisonne dans l’infime. »
Sylvie Germain

On s’est demandé au presque soir d’un dimanche si quelqu’un était allé chercher le courrier dans la boite aux lettres le samedi. On a bien cru que non.
Alors je suis sortie.
Il y avait le doux d’un lundi férié à venir et la voisine qui rentrait d’une balade son sourire et son bonjour et toi tu vas bien?
Mes pieds sur l’allée ont croisé les gazanias fraîchement plantés d’un après-midi au jardin et encore ouverts comme des soleils.
La clé a glissé de mes mains. Juste avant la petite porte de la boite.
Elle est tombée dans les blancs d’un creux de vivace qui vit là.
Je me suis penchée.
En cherchant un peu, ma main l’a croisée.
Un peu de terre autour, perdue il y a de longues semaines.
Je ne sais comment.
Je me suis demandée au presque soir d’un dimanche ce qu’il fallait comprendre.
Puis j’ai cessé.
Et j’ai souri.
Seulement.

J’ai remonté l’allée, ma petite croix en émail bleuté, celle qui reste toujours dans la petite poche de mon sac à main et disparue il y a de longues semaines, serrée au creux de ma main.
Il n’y avait pas de courrier.

 

 

 

 

 

 

Une petite histoire de portes

Bon, ça c’est un truc du dimanche, catégorie brouillamini d’évangile. Le vrai tu peux le trouver là.

 

J’aurais dû écrire une histoire de petite porte.

Dans mon église du dimanche, je passais toujours par la petite porte, celle de côté. C’était la plus pratique. Quand on arrivait à pied, c’était la première et quand on prenait la voiture, le parking était à côté. Pour la grande porte, c’était plus compliqué, il y avait le contour de l’église et toutes les marches à gravir, bien en face de la rue, bien en vue.
Et puis la petite porte nous emmenait directement dans les premiers rangs, là où j’aimais bien me retrouver et rejoindre les amis. La grande, elle, nous laissait au fond de l’église et nous poussait à remonter toute l’allée.

J’ai écrit à l’imparfait parce qu’un jour – un jour d’il n’y a pas si longtemps –  j’ai changé de porte.
Je suis passée par la grande, l’autre, celle des marches à gravir et de l’allée à remonter. Et j’ai croisé des regards qui regardaient comme moi et pourtant  que je ne connaissais pas. C’est trop bête. Pour une simple histoire de petite porte.

Depuis, je ne passe jamais par la même porte. Je change souvent. Et j’attrape à chaque fois de nouveaux regards. Avec des sourires aussi.

J’aurais pu  écrire une histoire de petite porte.

Dans son évangile ce matin, Jésus me redit que c’est Lui, de toutes les façons, l’unique porte. Vrai de vrai. Pour nous, Chrétiens de nos petits dimanches, c’est pas tout à fait la même chose tu sais. Il n’est pas si mal de ne pas nous habituer et d’entrer par toutes les portes de nos églises, pour en sortir aussi.
Parce que s’Il est La porte unique, Dieu, Lui, se trouve à chaque seuil de chacune de nos vies. Et faudrait pas trop se louper à cause d’une histoire de petite porte. 😉