Ces roses, ces gris, la vie comme ça et Lui

26 juin 2021 2 Par Corine

On a dit au revoir à nos élèves. Le souvenir de l’an dernier en catimini entre gel, masques et  demi groupe nous a, cette année, donné l’élan et l’audace du possible: adultes presque tous complètement vaccinés, masques tombés à l’extérieur, on a osé organiser des olympiades dans notre grande cour de récré. Chaque classe aux couleurs de l’arc en ciel et du rose à perte de vue. Du rose aux joues, celles qui enfin ont pu se dévoiler. Et de la joie, vraie, simple, sans faux-semblants.

On a dit au revoir à ceux qui partaient ailleurs. Parce que leur vie déménage parfois un peu trop vite, parce que le collège n’est plus l’endroit où ils peuvent vraiment grandir. On aimerait les garder encore un peu alors on s’attarde à bavarder, ils traînent auprès de nous, on leur souhaite bon vent. Et tous, au final d’une dernière sonnerie, reçoivent nos applaudissements: on n’a pas pu s’empêcher de leur faire une haie d’honneur jusqu’au portail de la sortie. Des gris et du rose. Et la vie, en vrai.

Mon retour à la maison, fatiguée, a retrouvé la joie de ma petite famille. Depuis toujours, un resto conclut notre année scolaire. Quand les enfants étaient petits, et puis, on a continué parce que les rituels et les habitudes, c’est un peu mon truc à moi. Et ça tombe bien ce soir, on a pu réserver une table. On file vers la ville, heureux. On trinque. On rit. Je renverse ma limonade maladresse de joie, je m’excuse et le restaurateur me ressert en souriant. Je crois qu’il est heureux lui aussi. On essaie de se redire encore et encore qu’on a de la chance, le rose monte aux joues malgré les gris de nos vies qu’on garde presque en secret pour Lui, petites prières au cœur, pour un frère malade, une amie aussi, un proche tout triste et les ailleurs, gris foncés de noirceur. Nos vies faites de ces deux couleurs, du rose, des gris,  irrémédiablement liées, insolublement accrochées l’une à l’autre, définitivement mêlées à nos heures.

Presque les vacances, bientôt des océans. Mais il y a encore des corrections de brevet, quelques projets à terminer, des réunions pour organiser un septembre qu’on espère normal. Normal ? Il sera fait de rose, de gris. C’est cela la vie. Et jamais, non jamais je n’oublie que Celui qui me donne le ton, la couleur à suivre malgré tout, c’est Lui.