Au point de croix – 7

24 février 2021 0 Par Corine

On m’avait dit tu auras du temps. On a toujours du temps au premier.

J’ai commencé à faire un stock de bouquins. Et de cahiers. C’est vrai que lire ou écrire occupaient bien mes journées. Et puis, c’était l’automne alors ça tombait bien. Le gris des jours et la pluie ne m’invitaient guère à pointer le bout de mon nez dehors et encore moins le bout de mon ventre. Ils avaient raison les gens: un premier congé maternité, au cœur de l’automne puis de l’hiver, ça donnait pour la première fois de ma vie plein de temps à ne pas trop savoir qu’en faire. Avant l’arrivée d’un bébé qui n’en donnerait plus pour longtemps.
J’ai bouquiné, et bouquiné. J’ai écrit, écrit encore.

Et puis, je me suis entichée de faire un truc pour mon bébé.

Un truc de maman. Sans doute ce qu’on voyait dans les magazines pour celles presque parfaites. Cependant, c’était un truc joli aussi et je l’avais appris petite, elle me l’avait appris plus exactement.
Du point de croix.

Un abécédaire en points de croix.

Je me souviens très bien que le modèle me plaisait et qu’on l’encadrerait ensuite au-dessus du berceau, pas du tout la tête d’Arthur Rimbaud mais ce serait tout aussi chouette. Il fallait du temps et j’en avais. Et un abécédaire, c’était quand même pas un dessin niais à la guimauve, bref, ça donnait de l’ampleur à ce projet, je cherchais des arguments solides s’il en fallait. 😉

Je me souviens très bien. Le point de croix, cétait facile, et ça me délassait. 
Je comptais, les petites croix, les espaces, les couleurs. Le modèle, ma grande toile, les heures.
Entre deux lectures, entre deux petits bouts de textes, mes points de croix absorbaient tout mon esprit, concentrée à faire une belle œuvre.

Je comptais et chaque petite croix me parlait du temps qui est. Entre celui qui m’avait rêvée maman et celui qui allait me le faire devenir.
Et je crois bien que Dieu était là, de tous ces temps, à la fois tellement heureux et si incertains.

 

La toile fut terminée quelques jours avant.
On l’encadrerait plus tard. L’heure était à l’arrivée imminente de ce premier bébé.
Le bel ouvrage avait occupé mon temps de future maman et je n’étais pas peu fière de l’avoir réalisé.

“Et tes petits points de croix c’est peut-être comme des petits bouts de tes prières. Tu as tissé de l’amour…”

Elle m’avait dit ça un soir au téléphone. Et j’ai posé ses mots à la page du 17 janvier 1995. La veille de la naissance.

 

Puis, le temps a happé tout ce qui restait de mon temps. Dans des tremblements et des éclats de joie.

 

Nous n’avons jamais pris ce temps qu’il fallait pour encadrer la grande toile.
Je n’ai jamais vraiment voulu l’accrocher au-dessus d’un berceau qui s’éveillait de bien d’autres décors, plus jolis encore.
Mais j’ai gardé de chaque point de croix le souvenir du temps qui se fait doux à attendre, de la patience qui sait garder les heures, de l’amour qui tisse des liens.
J’ai plié l’abécédaire et je l’ai rangé au fond d’une boîte, gardé, comme une grande prière que le temps m’aurait permis d’écrire. Points par points.

 

Jour 7 – à la manière des petits points de croix, que nos Carêmes apprennent la douceur du temps lorsqu’il se met, lentement, simplement, à aimer.

à demain, Corine